compagnon

COMPAGNON

nom masculin
Étymologie : xie siècle. Du latin populaire *companionem, proprement, « celui qui partage le pain avec un autre », de cum, « avec », et panis, « pain ». Du cas sujet compain est issu copain.
1.  Anciennement. Au sein des corporations, ouvrier qui avait terminé son apprentissage. Spécialement. Membre d’un compagnonnage. Les compagnons du Tour de France. Les compagnons du Devoir. Aujourd'hui. Ouvrier qualifié, dans certaines professions artisanales comme celles du bâtiment. Trois compagnons travaillent sur ce chantier.
▪ Expr. Traiter quelqu’un de pair à compagnon (class.), le traiter familièrement, vivre d’égal à égal avec lui. Travailler à dépêche compagnon (vieilli), vite et mal. C’est un homme qui ne peut souffrir ni compagnon ni maître, il est indépendant à l’excès. Prov. Qui a compagnon a maître, la société d’autrui oblige à des concessions.
2. Celui qui partage ou a partagé le sort, les occupations de quelqu’un. Compagnon de jeux, de voyage. Compagnon de travail. Compagnon de route, avec qui l’on voyage. Des compagnons de captivité, d’exil. Un compagnon d’infortune. Les compagnons d’Ulysse. « Qui est-ce qui passe ici si tard, compagnons de la Marjolaine ? », paroles d’une ancienne chanson française. Expr. Un bon compagnon, un homme agréable, facile à vivre. Un rude compagnon, un homme solide, dur à la tâche.
▪ Par analogie. Le chien, fidèle compagnon de l’homme. Les livres sont les compagnons de la vie.
3. Celui qui partage la vie d’une femme, époux ou concubin. Elle l’avait pris pour compagnon.
4.  Spécialement. Compagnons d’armes, au Moyen Âge, chevaliers qui étaient liés d’amitié, avec protestation de ne jamais se quitter. Par analogie. Aujourd'hui. Ils sont compagnons d’armes, ils appartiennent au même corps et, par extension, ils ont participé aux mêmes combats. Compagnons de la Libération, membres de l’ordre de la Libération.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.